Historique

Compagnie du chemin de fer Montreux-Oberland bernois :

 

 

Le 17 décembre 1901 marque le début d'une grande aventure ferroviaire, avec l'ouverture d'un premier tronçon entre Montreux et Zweisimmen, dont le parcours entier (63 kilomètres) sera terminé le 6 juillet 1905. Le 8 juin 1912, un nouveau tronçon (13 kilomètres) est achevé entre Zweisimmen et Lenk. Première ligne électrifiée de cette importance, la ligne du Montreux Oberland bernois (MOB), chaînon de la grande transversale alpine Montreux - Interlaken - Lucerne connu sous le nom de Golden Pass, nécessita tout le génie créateur des constructeurs de l'époque. Les résultats favorables de la ligne sont consignés dans le rapport d'activité du MOB de 1998, sans les lignes annexes, de la manière suivante : 2'177'452 voyageurs, 1'196'260 kilomètres parcourus, 348 tonnes de bagages, 37'100 tonnes de marchandises transportées, 312 collaborateurs, 40 gares et haltes et un parc de 27 locomotives et 60 voitures.

Dès l'ouverture à l'exploitation, la ligne exerça un très grand attrait et son rayonnement dépassa rapidement les frontières de la Suisse pour s'étendre notamment aux pays anglo-saxons. Soucieuse du confort de ses passagers, la Compagnie du MOB s'employa à acquérir un matériel roulant de qualité et de grand confort. Ainsi, dès 1906, un service de wagons-restaurants de la Compagnie suisse des wagons-restaurants est organisé entre Montreux et Zweisimmen. A partir du 15 juin 1931, des voitures Pullmann de la Compagnie Internationale des Wagons-Lits et des grands express européens circulent chaque jour sur la même ligne, avec relation directe avec Interlaken. La crise économique mondiale de 1932 amena le retrait de ces voitures du service régulier à la fin de 1933. Grâce à l'appui financier des pouvoirs publics et de l'armée, des grandes rénovations de tracé furent accomplies après la Deuxième Guerre mondiale. Du matériel roulant léger est alors acquis. La nouvelle loi fédérale sur les chemins de fer de 1957 permit à la Compagnie du MOB de recevoir 12 millions de francs pour des améliorations techniques. Ainsi, entre 1966 à 1973, il a été possible d'acquérir 4 automotrices articulées, 15 voitures à voyageurs, d'équiper le tronçon Montreux - Montbovon du block de ligne et de moderniser les installations d'alimentation en énergie électrique et la voie.

 

Plus de 1974 à 1976, un nouveau programme de 6,5 millions de francs a conduit à l'achèvement des installations de sécurité sur la ligne principale Montreux - Zweisimmen à l'achat de deux nouvelles automotrices; la sous-station de Rougemont construite durant ces années complète le dispositif d'alimentation en courant de traction de la ligne de contact, avec les sous-stations déjà en service de Sendy et d'Allières. Le programme de travaux fut complété par un investissement sur les fonds propres de la Compagnie de 9 millions dont une bonne part profita à l'acquisition de matériel, et à la mise en service de vieilles compositions Belle Epoque; une autre part alla à l'amélioration de la signalisation d'une quarantaine de passages à niveau, à la rénovation de bâtiments et à la construction d'une voiture panoramique.